Comprendre le fonctionnement d’un vélo électrique

 

Un vélo électrique, également appelé VAE (vélo à assistance électrique) est un vélo équipé d’une batterie et d’un moteur. C’est ce dernier qui aide l’utilisateur dans les efforts de pédalage, en fournissant jusqu’à 90% de l’énergie pour faire avancer le vélo. Cela veut dire que le cycliste ne fait qu’accompagner le geste de pédalage.

Un vélo électrique, comment ça marche ?
Le vélo possède un capteur magnétique qui reçoit le signal lorsque le cycliste pédale. Le capteur transmet le signal à un variateur qui à son tour calcule la puissance que le moteur devra fournir.

Il est bon de savoir que la puissance des moteurs installés sur les vélos électriques est régulée par des normes européennes. Par exemple, le moteur ne doit pas tourner si le cycliste ne pédale pas. Les normes de sécurité européennes exigent aussi que le vélo ne puisse pas rouler à plus de 25 km/heure.

Les vélos électriques offrent plusieurs niveaux d’assistance qui déterminent à quel effort sur les pédales le moteur va se mettre en route. Au niveau 2,3, 4 et 5, le cycliste appuie à peine sur les pédales et le moteur se met en marche tout de suite. Donc, au moment de l’achat de votre vélo électrique, vous devez choisir le niveau d’assistance qu’il vous faut. Après, vous allez choisir l’autonomie de la batterie souhaitée.

Ici, il faut savoir que l’autonomie de la batterie varie selon le poids du cycliste, le type de route empruntée, les conditions météorologiques, le type et le niveau d’assistance choisis.

Sachez qu’il existe plusieurs types de vélos électriques. Il y a les vélos de ville électriques. Pour une balade en forêt ou un sentier plus accidenté, optez pour un VTC ou VTT électrique. Sinon, il existe aussi des vélos pliants électriques.